MPA
Mouvement Populaire de l'Azawad

 

Après les accords de Tamanrasset en 1991, le principal représentant de la rébellion le MPLA se scinda en plusieurs groupes. Certains qualifiés de radicaux, d´autres plus modérés. Le MPA compte parmi ces derniers.

L´Homme du MPA : Iyad ag Ghali
Effectif d´environ 1000 hommes




- extrait carte du Monde Diplomatique -

Résumé : Le MPA est une composante du MFUA. Il est un mouvement partisan d´une certaine entente avec le gouvernement, malgré l´opposition des autres mouvements.

 

Commenter ou corriger : ( conditions d´envoi )


Anonyme

 

Domaine d´influence

Les membres du MPA sont recrutés dans le nord du Mali : Menaka, Tatalaye et Menaka, autour de l´Adrar des Ifoghas.

Les Touaregs qui composent le groupe sont des tribus nobles (imouhar) dites Kel Adrar (les gens de l´Adrar). Le coeur du mouvement est constitué de combattants Kel Effele, et son chef, Iyad ag Ghali est un Iriyaken (une autre faction des Ifoghas).

Origine

Le MPA est représenté par le MFUA lors de la signature du Pacte National (pendant la période de conférence nationale (1991-1992), voir la section consacrée!).

Une attitude controversée

Le MPA est le seul mouvement à soutenir l´application de ce pacte, ce qui lui vaudra le mépris des autres partis, réticents au pacte.

Durant 1994, l´année la plus tendue du conflit au Mali, le MPA est de plus en plus accusé par les autres mouvements de molesse, complaisance envers le pouvoir central. Les divergences d´opinion mènent à des conflits parfois violents entre le MPA et les autres branches, principalement l´ARLA.

Le MPA parfois collaborera a des actions du gouvernement au détriment de l´ARLA et du FPLA. Ainsi dans les régions de Gao et Kidal, les mouvements de banditisme ont été réprimés par les forces de sécurité Maliennes avec l´aide de combattants du MPA. Ces bandits armés étaient probablement des éléments du FPLA ou de l´ARLA.

Dans la suite du conflit, le MPA imposera doucement sa vision plus "diplomatique" du conflit et prendra une certaine importance au sein des mouvements Touaregs. Ils réusissent à rallier le FPLA et le très actif FIAA à la cause d´une solution diplomatique rapide et sont de ce fait les principaux acteurs de la paix en 1995 et 1996. Les combattants sont progressivements intégrés dans les armées du Mali. Ses efforts se trouvent concrétisés par une cerémonie des "Flammes de la paix" fin mars 1996.

[-] Mondes rebelles - Arnaud De La Grange Jean-Marc Balencie
[-] Carte tirée du Monde Diplomatique en ligne (plus de détails dans la page de crédits)